Le musée de la Toile de Jouy fait peau neuve

Article de Florie Cedolin, paru dans « Les nouvelles des Yvelines » le 11 décembre 2013 à l’occasion de la réouverture du Musée de la Toile de Jouy et du lancement de l’application « Toiles de Jouy, la Manufacture virtuelle d’Oberkampf ».

Pour lire l’article, cliquez ici : Le musée de la Toile de Jouy fait peau neuve

Oberkampf : l’entrepreneur d’avant-garde

Par Etienne Mallet, Président de l’Association des Amis du Musée de la Toile de Jouy

 

S‘habiller d’indiennes est un délit. Il faudra attendre 73 ans, en 1759, pour que leur importation et leur impression soient autorisées. Après le temps de la prohibition, c’est celui de l’engouement passionné pour ces toiles de coton colorées venues d’Inde. « Je me suis faire cette indienne… mon tailleur m’a dit que les gens de qualité était comme cela le matin » clame fièrement le Bourgeois gentilhomme de Molière. A Jouy-en-Josas, les planches à imprimer vont bientôt battre leur plein et les artistes copier ou s’inspirer des plus beaux motifs. Lire la suite

« Jouy et Versailles » ou « La manufacture et le château »

Par Anne de Thoisy-Dallem, ancienne conservatrice du musée de la Toile de Jouy

 

Jouy-en-Josas, qui fait dorénavant partie de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc, a, depuis le XVIIe siècle, partie liée avec le domaine royal de Versailles. Au temps du grand Roi louis XIV, une partie du territoire de ce qui était alors un hameau se situait dans le parc de chasse de sa majesté (sur l’actuel golf de la Boulie).

La fameuse manufacture des Toiles de Jouy (1760-1843), implantée à l’initiative de l’indienneur allemand Christophe-Philippe Oberkampf, aidé financièrement par le suisse du Roi au contrôle général des finances à Versailles, Antoine Guerne de Tavannes, va avoir des relations régulières avec le château et la ville de Versailles pendant toute la fin du XVIIIe siècle et le premier quart du XIXe siècle. Lire la suite

La robe de chambre d’Oberkampf

Article d’Anne de Thoisy-Dallem, ancienne conservatrice du musée de la Toile de Jouy, paru dans La revue des musées de France (cliquez sur les miniatures pour lire l’article).

Iris à identifier : L’iris de Christophe Oberkampf

Extrait d’un article de Philippe Denis

 

« … Si le nom d’OBERKAMPF évoque immédiatement les Toiles de Jouy on a oublié qu’il fut aussi un jardinier et un botaniste passionné. Il avait d’ailleurs de qui tenir puisque sa mère était fille de Johann SEHM jardinier artiste anobli à ce titre par le roi de Prusse et petite fille de WIMPFF, autre notable jardinier artiste.

Christophe, secondé par sa seconde épouse née MASSIEU de CLERVAL aménagea sa vallée (Vallée de la Bièvre) et y créa des parcs autour de ses demeures (dont le parc de TECOMAH où a lieu le concours international d’iris depuis 2005). Plusieurs de ses amis, officiers sous La FAYETTE, avaient fait la guerre d’Amérique. Pour la plupart gentilshommes campagnards, attentifs à la nature, ils y avaient découvert des arbres, comme le magnolia, et des plantes, inconnus chez nous. Ils en rapportèrent pour orner leurs parcs. Lire la suite