Le musée de la Toile de Jouy fait peau neuve

Article de Florie Cedolin, paru dans « Les nouvelles des Yvelines » le 11 décembre 2013 à l’occasion de la réouverture du Musée de la Toile de Jouy et du lancement de l’application « Toiles de Jouy, la Manufacture virtuelle d’Oberkampf ».

Pour lire l’article, cliquez ici : Le musée de la Toile de Jouy fait peau neuve

Oberkampf : l’entrepreneur d’avant-garde

Par Etienne Mallet, Président de l’Association des Amis du Musée de la Toile de Jouy

 

S‘habiller d’indiennes est un délit. Il faudra attendre 73 ans, en 1759, pour que leur importation et leur impression soient autorisées. Après le temps de la prohibition, c’est celui de l’engouement passionné pour ces toiles de coton colorées venues d’Inde. « Je me suis faire cette indienne… mon tailleur m’a dit que les gens de qualité était comme cela le matin » clame fièrement le Bourgeois gentilhomme de Molière. A Jouy-en-Josas, les planches à imprimer vont bientôt battre leur plein et les artistes copier ou s’inspirer des plus beaux motifs. Lire la suite

« Jouy et Versailles » ou « La manufacture et le château »

Par Anne de Thoisy-Dallem, ancienne conservatrice du musée de la Toile de Jouy

 

Jouy-en-Josas, qui fait dorénavant partie de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc, a, depuis le XVIIe siècle, partie liée avec le domaine royal de Versailles. Au temps du grand Roi louis XIV, une partie du territoire de ce qui était alors un hameau se situait dans le parc de chasse de sa majesté (sur l’actuel golf de la Boulie).

La fameuse manufacture des Toiles de Jouy (1760-1843), implantée à l’initiative de l’indienneur allemand Christophe-Philippe Oberkampf, aidé financièrement par le suisse du Roi au contrôle général des finances à Versailles, Antoine Guerne de Tavannes, va avoir des relations régulières avec le château et la ville de Versailles pendant toute la fin du XVIIIe siècle et le premier quart du XIXe siècle. Lire la suite